17 février 2011

Témoignage de Carole

Issue de l'établissement Dassault Aviation de Saint-Cloud, Carole pratique le tennis en compétition, où elle représente fièrement les couleurs de Dassault en inter entreprise, ainsi que les couleurs de Rueil Malmaison en inter club (niveau 15/3, ex-15/1). Depuis très longtemps, elle pratique régulièrement la course à pied pour le loisir et participe à de grandes courses « pour se motiver et avoir des objectifs sympas » : Paris/ Versailles, marathon du Médoc, 20km de Paris, semi de Beaune, de Rambouillet , route des 4 Châteaux…

Comment as-tu vécu la Course du Cœur 2009, à laquelle tu as participé pour la première fois ?


Très bien globalement, mais en étant toutefois un peu crispée au début : on ne sait pas trop ce qui nous attend, on a peur de ne pas être à la hauteur en enchainant les courses le jour et la nuit, donc de décevoir et de mettre l'équipe en défaut.

Qu’est-ce qui t’a le plus marqué pendant cette aventure ?


L'ambiance exceptionnelle, les conditions vraiment uniques de la course, l'esprit d’équipe, l'originalité des épreuves et surtout la motivation de faire tout pour cette très belle et nécessaire cause qu'est le don d'organe ; le fait de dire « Oui » et de le faire clairement savoir. Humainement, c’est une expérience très enrichissante : on ressent beaucoup d'humilité et d'admiration face à des personnes greffées et aux responsables des associations de soutien et de promotion de leur cause. Ce sont vraiment de belles personnes devant lesquelles on se sent vraiment tout petit. Ce sont elles qui nous motivent pour tout donner durant cette course.


Comment as-tu vécu la course d’un point de vue technique et physique ?


C’est très intensif ! Heureusement qu’il y a les massages en « bonus » ! Ils sont vraiment réparateurs et efficaces ! Je ne connaissais pas, je n'y croyais pas, eh bien si ….c'est possible, et même indispensable pour enchaîner les épreuves ! Et puis je ne pensais pas m'éclater autant dans le « marathon volant » : des relais de 200 à 500m sur 42km voire plus, où les coureurs d'une même équipe se jettent à tour de rôle hors et à bord de la voiture suiveuse ! Un truc vraiment dingue et unique à la fois !


Pourquoi as-tu posé ta candidature cette année ?


Ma première participation m’a laissée de tellement bons souvenirs que j’ai eu envie de la refaire… j’ai envie d’en profiter encore plus que la première fois, j’y vais avec moins d’appréhension, ce ne sera plus tout à fait l’inconnu…


Comment te prépares-tu à ta deuxième Course du Cœur?


Je m’entraîne régulièrement en courant plus longtemps et plus souvent. Pour arriver en forme, je fais attention à ce que je mange, je m’hydrate plus souvent, et j’essaie de bien dormir.


Comment en parles-tu autour de toi ?


Je dis que je me prépare, je décris la course, je dis à quoi elle sert, je donne l’adresse du blog de la course (rappel : http://courseducoeur-dassault.blogspot.com). Chaque fois que j’en parle à quelqu’un, j’associe ma participation à ce que veut dire la course. Je rappelle que le fait de dire oui et d’avoir la carte sur soi permet de gagner des minutes précieuses et de sauver par conséquences plusieurs vies qui attendent ces organes. Et j’encourage bien sûr mes amis sportifs à venir au départ de la course au pied de la Tour Eiffel le 16 mars.


16 février 2011

Témoignage de François

Issu de Dassault Systèmes, François pratique la course à pied depuis une vingtaine d’années et a déjà participé à 20 marathons : Paris, New-York, Tokyo… et Berlin, prévu en septembre prochain. En 2004, il a également participé à un 100 km en Vendée (Chavagnes-en-Paillers). A la belle saison, il pratique un peu de VTT sur route, notamment pour se rendre au travail, alliant ainsi l’utile à l’agréable !



François, tu vas vivre cette année ta première Course du Cœur… raconte-nous ce qui t’a porté jusqu’à elle !


Cela faisait plusieurs années que j’en entendais parler tous les mercredis soir à la section athlétisme de St-Cloud (section commune Dassault Aviation et Dassault Systèmes). J’y retrouve des personnes qui viennent s’entraîner régulièrement, et certaines d’entre elles y ont déjà participé plusieurs fois. Lorsqu’elles racontent la course, on sent que c’est une aventure humaine qui les a beaucoup marquées… alors, forcément, ça m’a donné envie d’y participer !



Qu’est-ce qui te motive le plus dans cette aventure?


Le fait que ce soit une course différente de toutes les autres. Tout d’abord par le défi physique qu’elle représente : il faut gérer son effort sur plusieurs jours. J’ai beau avoir fait plusieurs épreuves, ce n’est pas le même challenge !


Le fait de courir en équipe est aussi différent des courses habituelles. C’est un aspect très motivant qui aide à se surpasser et qui donne certainement un côté plus convivial à la course.


Et puis… c’est une course qui aide à promouvoir une bonne cause. On ne la fait pas uniquement pour nous, c’est ce qui change des autres courses.



Comment se déroule ta préparation ?


Je continue mes entraînements à un rythme de cinq sorties par semaine : un cross tous les dimanches en compétition, un entraînement sur piste le mercredi soir et trois sorties de 45 à 50 minutes. Quelques échéances m’attendent encore avant la Course du Cœur, comme les championnats de France de cross à Paray-le-Monial , le semi de Bullion où je pourrai rencontrer les membres des autres équipes, et le semi de Rueil, prévu au mois de mars.


C’est aussi l’occasion d’en discuter avec ma famille et de me documenter pour pouvoir en parler autour de moi.

15 février 2011

Témoignage de Serge

Issu du site Dassault Aviation d'Argonay, Serge a déjà participé à la Course du Cœur en 2008 et 2010, une expérience qu’il qualifie de « grandiose » !



Quels sports pratiques-tu ?


J’ai commencé la course à pied il y a 8 ans, en même temps que le VTT. Je participe au semi-marathon d’Annecy tous les ans, et je m’inscris à toutes les courses de 10 à 15km organisées en Savoie, Haute Savoie et parfois en Suisse.


Je pratique également le ski depuis que j’ai 10 ans ! Dernièrement, je me suis acheté un vélo de route, je compte m’y mettre avec l’arrivée des beaux jours !



Qu’est-ce qui t’a poussé à t’inscrire une troisième fois ?


La Course du Cœur me donne la possibilité de pratiquer la course à pied en équipe : j’adore les sports d’équipe, je m’inscris régulièrement à des courses en relai. De plus, c’est l’occasion pour moi de rencontrer des gens d’autres sites, c’est sympathique et fédérateur. Il y a plein de personnes que je ne connaissais pas avant de participer à cette aventure, alors qu’on travaille ensemble et qu’on est collègues. Et puis je suis toujours partant pour m’investir quand il y a une cause. En parallèle, j’organise chaque année une petite course à l’occasion du Téléthon.


Qu’est-ce qui t’a le plus marqué en 2008 et 2010 ?


L’ambiance de la course ! Il y a tellement de coureurs, de voitures, de personnes mobilisées… c’est énorme ! Tout le monde s’encourage. Quand on se retrouve le soir, on se raconte nos aventures. Il y a aussi un journaliste qui suit les différentes équipes. Il recueille les informations du jour et les relaye dans une gazette quotidienne !


Te sens-tu concerné par le don d’organes ?


Bien sûr, je dirais même que tout le monde est concerné. Tout le monde peut avoir besoin d’un organe un jour ou l’autre. J’en parle à mes collègues de travail, famille et amis : ils trouvent que c’est formidable de faire passer le message du don d’organes de cette manière là.


11 février 2011

Témoignage de Marianne

Issue de l'établissement Dassault Aviation d'Istres, Marianne est passionnée de montagne. Elle pratique l’alpinisme et la randonnée depuis plus de 20 ans, ainsi que la course à pied et le trail. Avec déjà plusieurs trails longue distance et plus de 6 marathons à son actif (Paris, Londres, Amsterdam, Vienne, Rome et New-York), elle se prépare à l’Ultra Trail du Mont-Blanc (UTMB), prévu en 2012.



Marianne, tu as déjà participé à la Course du Cœur en 2008 et 2009… comment as-tu vécu ces précédentes éditions ?


C’est une aventure très enrichissante d’un point de vue humain, qui rappelle que la course à pied est aussi un sport d’équipe : on court avec d’autres personnes, mais aussi avec d’autres équipes main dans la main pour une belle cause. Ce sont des moments très riches en émotions. Je me souviens de l’arrivée à Courchevel en 2009, où toutes les équipes se sont réunies, on a chanté la chanson de la course, puis une fillette qui avait subi une greffe d’organes est montée sur scène. C’était un moment très fort qui m’a beaucoup émue car j’ai aussi des enfants. On sait pourquoi l’on court : faire connaitre cette cause, et elle en a besoin.


Qu’apprécies-tu le plus dans cette aventure ?


Le fait de passer dans de tous petits villages et de traverser des paysages magnifiques est très plaisant ! Le parcours 2011 me semble tout aussi agréable, d’autant plus qu’on passera par le Jura et Les Rousses, ça me rappellera de bons souvenirs car c’est là que j’ai appris à skier !


L’ambiance générale de la Course du Cœur est tout aussi appréciable : une grande convivialité règne sur cet événement ! Nous recevons un accueil très chaleureux dans toutes les communes traversées, à toute heure du jour et de la nuit !


Voir toutes ces personnes réunies pour la même cause fait prendre conscience de l’importance de faire passer certains messages et de véhiculer certaines valeurs, ce qui est plus facile par le biais du sport.




Témoignage de Philippe

Issu de l’établissement Dassault Aviation de Biarritz, Philippe pratique depuis 5 ans la course à pied et le VTT. Il a notamment participé à des courses comme le semi de Behobie – San Sébastien ou encore la course des remparts en VTT à Bayonne en 2010. Régulièrement, il pratique la natation « pour le plaisir », ainsi que le ski, le snowboard, et le cannyoning.

Philippe, qu’est-ce qui t’a donné envie de poser ta candidature pour la Course du Cœur, à laquelle tu participeras pour la première fois cette année ?


C’est tout d’abord en discutant avec les personnes de Biarritz qui y avaient déjà participé que je m’y suis intéressé. J’ai consulté les informations de la Course du Cœur sur Deltanet et je me suis inscrit aux « Foulées du Cœur », organisées en parallèle par l’établissement de Biarritz.


Ce qui m’intéresse, c’est le côté sportif de cette aventure : courir 4 jours et 4 nuits est un sacré défi ! Mais c’est aussi l’occasion de rencontrer des personnes d’autres sites, d’autres entreprises et également de l’association Trans-forme.

Suis-tu un entraînement particulier ?


J’essaie de courir régulièrement, de faire du VTT, de la natation, et de pratiquer le RPM (vélo en salle) pour travailler le cardio et le fractionné, ce qui représente en moyenne entre 3 et 5 entraînements par semaine.


Parles-tu de la Course du Cœur à tes proches ?


J’essaie d’expliquer comment ça se passe et pourquoi cette course existe. Ma participation en 2011 me sensibilise davantage, cela me donne l’occasion de me documenter et de lire des articles. Donner un organe ne va pas nécessairement de soi ; il faut se poser la question et prendre le temps d’y réfléchir. Que ce soit oui ou non, il est important d’en tenir informés ses proches : c’est toujours mieux que de laisser le choix aux personnes qui restent.



Témoignage de Marion

Ajusteur cellule sur le site Dassault Aviation d'Argenteuil, Marion rejoint cette année pour la première fois l’équipe du Groupe Dassault pour participer à la Course du Cœur. Pratiquant la course à pied, le VTT et parfois le kayak, il a déjà participé à plusieurs courses comme la Ronde de Vélizy (2008), le Paris-Saint-Germain (2009), le Paris-Versailles (2009) ou encore le trail de Jouy-en-Josas (2009).

Comment as-tu réagi en apprenant ta sélection dans l’équipe Course du Cœur 2011 du Groupe Dassault ?


Avec beaucoup d’enthousiasme, car cette course véhicule des messages forts et positifs. Je suis très heureux de pouvoir courir pour une association car j’aime m’impliquer dans des actions de solidarité, comme le Téléthon. Il a quelques années, j’avais pris une brochure sur le don d’organes au service médical. Et puis j’ai entendu parler de la Course du Cœur par mes collègues qui y avaient participé… ça m’a donné envie de poser ma candidature !



Comment abordes-tu ta première Course du Cœur ?


Je m’entraîne quatre fois par semaine (trois fois en fractionné et une sortie). Je continue les courses : après avoir participé à la Course de la Sablière à Viroflay (10km) début février, je serai présent aux 10km de Rueil début mars.

Quand j’en ai l’occasion, j’en parle à des collègues et je les motive pour venir courir le Parcours du cœur d’Argenteuil le 20 mars.

Témoignage d'Alexandre F.

Ajusteur-monteur à l'établissement Dassault Aviation de Mérignac, Alexandre pratique la course à pied depuis 12 ans et il a déjà participé à deux marathons : Toulouse en 2009 et Londres en 2010.

En complément de la course à pied, il pratique la natation, la randonnée et le vélo pour développer son endurance, surtout l’été en montagne, dans les Pyrénées. Il rejoint cette année l’équipe du Groupe Dassault pour la première fois.

 
Comment as-tu connu la Course du Cœur ?


La première fois que j’en ai entendu parler, c’était avant mon embauche à Mérignac, par l’intermédiaire d’un ami qui travaillait à Sogitec. Cette aventure évoque pour moi des valeurs fortes et notamment la cohésion d’équipe, l’esprit collectif, mais aussi la solidarité, et elle représente plus généralement une belle aventure humaine, sur un effort long et difficile : j’imagine que ça soude les esprits. Cette année, j’ai vu le formulaire en ligne sur Deltanet et j’ai décidé de poser ma candidature, car le don d’organes, c’est la vie, et pour moi, le sport c’est la vie…

A un peu plus d’un mois du départ… es-tu prêt ?


Oui, la course arrive bientôt ! Je travaille l’endurance, je rallonge les distances de course à pied (je parcours entre 60 et 80km par semaine), et je rajoute le vélo (150km environ par semaine) pour gérer l’effort pour cette course qui dure 4 jours. J’en parle simplement autour de moi. C’est aussi un moyen pour moi de mieux connaître le don d’organes et de me sensibiliser moi-même pour mieux sensibiliser les autres.

Témoignage de Gilbert

On ne présente plus Gilbert de Dassault Aviation Argenteuil, « l’homme aux 100 marathons », aux 1000 courses… vous l’avez peut-être déjà croisé en César, Jésus, Antoine, en fantôme, en tahitien, en Père-Noël ou encore en borne kilométrique… car Gilbert adore courir déguisé ! Après avoir participé pour la première fois à la Course du Cœur en 2010, il rejoint cette année l’équipe du Groupe Dassault en tant qu’accompagnateur.



100 marathons, 1000 courses et des poussières… c’est un score impressionnant !?


Oui, la course à pied est devenue un « mode de vie », je cours pratiquement trois jours par semaine et je sillonne les routes de France le week-end pour participer à des courses ! J’aime me lancer des défis incroyables, comme la Diagonale des fous à La Réunion (155km), à laquelle j’ai participé en 2003 et 2006. Lors de mes pauses du midi, je pratique également le vélo le long de la Seine, et j’aime beaucoup la marche rapide (ex : 8 fois Bourges-Sancerre, 62 km, 11 fois Paris-Mantes, 54km).



Qu’est-ce qui t’a marqué pendant le Course du Cœur 2010 ?


Tous ces jeunes qui nous attendaient dans leurs écoles avec leurs dessins, c’était vraiment chaleureux. J’ai beaucoup apprécié cette convivialité entre les équipes.


Mais ce qui m’a marqué le plus, c’est de pouvoir courir pour une bonne cause : c’est une course utile, dans laquelle on donne le meilleur de soi-même.

Est-ce que les gens te posent des questions sur la Course du Cœur ?


Oui : je leur explique que c’est une très bonne aventure, sur un parcours difficile et long. Je leur explique aussi qu’on court avec une équipe de greffés. J’en parle à mes amis coureurs dans les compétitions, et à mes collègues d’Argenteuil. Je les incite à s’inscrire au Parcours du Cœur, organisé le 20 mars.


Quelques actus concernant tes préparations ?...


L’année 2011 a bien commencé : après avoir couru le Paris-Mantes fin janvier (54km), j’ai participé au trail du Grand Brassac en Dordogne les 5 et 6 février : 17,5 km de nuit (800m de dénivelé!) suivis le lendemain matin par c un parcours de 30 km (1200m de dénivelé!). Prochainement, j’ai prévu de participer aux courses de Saint-Brice (27km), Pierrefonds (34 km), et je serai également présent aux championnats de France corpo à Paray-le-Monial fin février.


Témoignage de Frédéric

Contrôleur sur le Dassault Aviation de Biarritz, Frédéric pratique la course à pied depuis une dizaine d’années « sur route en semaine et en montagne le week-end ». Il a participé à plusieurs courses comme le Marathon de Paris, l’Euskal trail (130km) ou encore le Grand raid des Pyrénées (160 km). Il s’adonne également à d’autres disciplines telles que le VTT, le ski et la course d’orientation, quand il ne participe pas à des raids multi-sports en forêt alliant course à pied, VTT, canoë et escalade.



Frédéric, c’est la première fois que tu vas participer à la Course du Cœur. Comment en as-tu entendu parler ?


J’ai connu la Course du Cœur par l’intermédiaire de Sandra, Patricia, Gérard, Alain… toutes ces personnes de Biarritz y ont déjà participé. A chaque fois, on a suivi leur parcours jour après jour, cela permet de se mettre dans l’ambiance, même à distance ! Tous sont revenus avec de bons souvenirs qu’ils nous ont partagé, alors forcément, ça donne envie de participer à cette aventure !


Comment te prépares-tu à la Course du Cœur 2011 ?


En ce qui concerne ma préparation physique, je cours trois à quatre fois par semaine, en moyenne une heure ou un peu plus, lors d’une sortie hebdomadaire un peu plus longue d’1h30. Je pratique également la randonnée et quelques sorties en montagne, si le temps le permet ! Cela me permet aussi de préparer la suite de la saison, et plus particulièrement l’UTMB (Ultra Trail du Mont Blanc), auquel je participerai au mois d’août.


Mais ma « préparation » consiste également à parler de la Course du Cœur et du don d’organes autour de moi : être sensibilisé soi-même permet d’en parler aux autres.



Témoignage d'Etienne

Issu de l'établissement Dassault Aviation de Saint-Cloud, Etienne pratique essentiellement la course à pied depuis environ 7 ans. Il a déjà participé à plusieurs marathons : Paris en 2009, La Rochelle en 2009 et Nice-Cannes en 2010. Il pratique d’autres disciplines « plus pour les loisirs » : du vélo en famille et pour venir au travail quand il n’a pas d’enfant à emmener à l’école, ainsi que du roller et de la natation avec son fils.


Etienne, ce sera ta première Course du Cœur cette année ! Pourquoi as-tu proposé ta candidature ?


A force d’entendre les collègues de Saint Cloud et de Dassault Systèmes en parler à l’entraînement du mercredi soir avec des trémolos dans la voix, j’ai vraiment eu envie de participer à cette aventure… Sportivement, c’est tentant de partir courir en relais pendant quatre jours et quatre nuits. Humainement, c’est une nouveauté pour un coureur, essentiellement solitaire, de courir en équipe. Le fait que cette course soit en faveur d’une belle cause ne peut qu’encourager encore plus à y participer.

Le top-départ approche… comment te prépares-tu ?


Au niveau sportif, je continue à faire mes trois/quatre sorties hebdomadaires. J’insiste un peu sur le dénivelé et j’essaie aussi de faire des sorties nocturnes…


En famille, il a fallu s’organiser pour laisser tout le monde pendant cinq jours. Cela a été la condition pour participer. Merci à mes beaux-parents…

En parles-tu autour de toi ?


Oui, auprès de mes amis… le don d’organes me paraît être une telle évidence ! Je ne vois que des avantages et pas d’inconvénients. On peut peut-être améliorer la vie de personnes en souffrance, voire les sauver, simplement en pensant à en parler autour de soi, à ses proches. Si mon petit geste, qui est en plus un geste de plaisir, peut aider, c’est encore mieux.


Témoignage d'Alexandre E.

Contrôleur en piste à Dassault Aviation Mérignac, Alexandre participera pour la première fois cette année à la Course du Cœur.

Quels sont tes sports de prédilection ?

La course à pied, autant le trail que des courses sur route. J’ai participé à une petite dizaine de marathons (Paris, Médoc, La Rochelle…) et ma dernière course en date est celle des Templiers (2010). C’est la plus belle course que j’aie jamais faite ! On évolue dans un cadre magnifique (Millau) et, même si elle me faisait un peu peur tant sur la préparation que sur l’épreuve en elle-même, j’y ai trouvé beaucoup de plaisir malgré ses 70km. Je suis d’ailleurs inscrit pour la prochaine édition en 2011, pour l’ultra et ses 106km !
Je pratique également le vélo et la piscine, surtout pour les jambes !

Pourquoi as-tu souhaité participer à la Course du Cœur 2011 ?

Depuis plusieurs années, je suivais la course sur Deltanet. Cette année, quand j’ai vu que les inscriptions étaient ouvertes, je n’ai pas hésité ! C’était important pour moi de représenter l’établissement de Mérignac. De plus, tout m’intéresse dans cette course : c’est typiquement le genre d’épreuve que je souhaite faire, c’est un défi sportif. Ce qui m’intéresse également, c’est de rejoindre une équipe soudée qui combat la même cause, et de véhiculer des messages tout au long du parcours. Il y a encore tant de progrès à faire… c’est ma façon d’apporter ma pierre à l’édifice et de donner un peu de ma personne pour sensibiliser à la nécessité d’être donneur.


10 février 2011

Témoignage de Michaël

Michaël travaille sur le site Dassault Aviation d'Argenteuil. Sélectionné en équipe de France sur semi marathon en 2004 et champion de cross du Val D’Oise en individuel et par équipe en 2011, Michaël pratique l’athlétisme depuis bientôt 20 ans ! Ce qui ne l’empêche pas de se déclarer « touche à tout » selon les opportunités, pratiquant plus occasionnellement le cyclisme, la natation, le tennis et l’escalade.

Peux-tu nous parler de la Course du Cœur 2010, à laquelle tu as participé pour la première fois ?

C’est une aventure pleine d’entraide et de solidarité : on part avec des gens qui font partie de la même entreprise mais qu’on ne connait finalement que très peu car on ne travaille pas sur le même site. On se retrouve sur la course, c’est elle qui nous rassemble entre équipiers de la même entreprise et entre différentes équipes : on s’encourage mutuellement !

C’est une épreuve malgré tout jalonnée de certaines difficultés, aussi bien dans le parcours que dans les horaires : on est actif presque 24h/24h, il faut se dépasser pour être toujours prêt à courir à n’importe quel moment et sur tout type de parcours.

Il n’y a pas de barrière entre tous ceux qui participent : tout le monde est sur un pied d’égalité, quel que soit le niveau. On sait tous pourquoi on vient et pourquoi on court, ce qui créée une ambiance très chaleureuse.

Côté préparation pour 2011 ?...

Je continue mes entraînements habituels : je cours 4 à 5 fois par semaine, avec en plus un peu de vélo et de natation. Je rejoins mes futurs coéquipiers une fois par semaine à St-Cloud pour courir ensemble et faire connaissance avec les nouveaux participants.

Mais ma « préparation » consiste également à parler de la Course du Cœur autour de moi : les gens sont curieux de savoir comment ça se passe, comment ça s’organise, quelles sont les difficultés qu’il peut y avoir. C’est l’occasion pour moi de rappeler le but de la course par rapport au don d’organes : ce n’est pas une course comme une autre, il y a un but associatif et solidaire.



09 février 2011

Témoignage d'Antoine

Pratiquant épisodiquement la course à pied, la natation, le ski, le ski de randonnée et la randonnée et… le vélib!, Antoine est ingénieur à l’établissement Dassault Aviation de Saint-Cloud.

Toi qui as déjà vécu la Course du Cœur… raconte-nous !!

J’ai participé l’année dernière. Une expérience mémorable. Quatre nuits et 4 jours passés à 4 en conduisant, courant bien sûr, mangeant, dormant (de temps en temps), c’est marquant. Mais il y a aussi les autres personnes de l’équipe, les autres équipes, les organisateurs, que l’on croise, encourage,… à toute heure du jour et de la nuit.

Qu’est-ce qui t’a le plus marqué pendant cette aventure?

Ce qui m’a plus marqué l’année dernière, ce sont les efforts de chacun. Il y a l’équipe des greffés bien sûr, qui réalise un exploit sportif, mais aussi il y avait une équipe de jeunes en réinsertion après un passage en prison qui montraient qu’on peut en sortir grandi, et plein d’autres gens qui ont donné tout ce qu’ils pouvaient.

Qu’est-ce que cette expérience t’a appris ?

Qu’il y a des gens qui luttent tous les jours pour survivre. Mais j’ai aussi eu la démonstration, par tous ces partenaires de course, que soutenir une cause (le don d’organe), tout un chacun peut y participer, à sa manière, à son niveau.

Comment envisages-tu la Course du Cœur 2011 ?

J’essaie de motiver les gens à nous rejoindre, nous soutenir durant ces 4 fois 24h. Mais la course c’est une chose, le but est de faire parler du don d’organes. Alors même si l’aspect sportif de la course est attractif, j’essaie de rappeler que le but c’est de dire Oui ou Non, et d’en discuter. Avoir la carte sur soi, c’est bien, mais si ses proches ne sont pas au courant…


La Course du Cœur revient en 2018 A vos agendas ! La 32ème édition de la Course du Coeur s'élancera de Paris le 28 mars 2018 pour une...