01 avril 2012

Arrivée

Cette fois ça y est, la course est terminée, l'ensemble de l’équipe est arrivée à sa destination finale. Les 14 équipiers se sont relayés pour rejoindre les Arcs depuis Bourg-Saint-Maurice: 14 relais de 1km, 1000m de dénivelé. Une ascension finale menée avec bravoure par certains, car visiblement, ces 96 heures, ont laissé des traces (en dehors de toutes les émotions partagées).

Ce soir, les récompenses seront remises. De fortes probabilités indiquent que l’équipe recevra une nouvelle fois le prix de meilleurs grimpeurs (étapes de montagne). Aucune blessure à déplorer, juste quelques fatigues à priori.
Après confirmation, nous remportons en effet haut la main le prix grimpeur, avec beaucoup de premières places sur l'ensemble des épreuves associées. Troisièmes au classement entreprises, notre capitaine peut être fier de cette performance. D'autant plus que nous avons tous eu grand plaisir à participer!

Dernier jour

Après que les groupes B, C et jokers aient terminé leur marathon relais volant (nous sommes régulièrement surnommés les avions), c'est au tour des A de poursuivre le relais. On s'arrange pour que tout le monde se rencontre brièvement (2 minutes chrono). Départ 0h25 pour une très difficile montée. Alexandre arrive deuxième derrière Renault mais profite du paysage environnant: forêts, falaises,... Une route escarpée qui sera au programme de toute la nuit. Mais le groupe s'en sort bien. 6h, dernière étape pour ces 4 "strongs'. La nuit aura laissé des marques. Mais surtout plein de souvenirs, et la cohésion n'en est que renforcée.
7h, les C prennent le relais, leurs 2 étapes, en relais en duo méritent elles aussi leur étoile du classement "montagne".
Pendant ce temps, animation sur la place de Moutiers. Puis B et J partent ensuite pour leur étape finale. Un relais en balcon au dessus de la vallée de Tarentaise, des vues magnifiques sur les montagnes en perspective (et beaucoup d'efforts en perspective).
Il ne restera ensuite qu'à déjeuner et gravir la route qui mène aux Arcs. Nous devrions tous y contribuer malgré les blessures, courbatures ou autres désagréments des uns et des autres sur ces quelques 750km.